La qualité du chocolat

Comment reconnaître la qualité d’un chocolat ?

Qualité-ChocolatLe consommateur peut lui-même analyser la qualité d’un chocolat en laissant fondre doucement le carré sur le côté de la bouche (la gouttière) et en le gardant ainsi pendant 2 à 4 mn minimum. S’il ne fond pas rapidement, votre palais vous signale qu’il n’y a pas eu de rajout de graisse ni de beurre de cacao provenant d’une autre fève de cacao. Si vous salivez au bout de 20 secondes, c’est un signe de qualité et ceci vous aidera à digérer. Au bout de 30 secondes, le chocolat révèle ses saveurs naturelles, avec une longueur en bouche qui vous permet de déterminer la qualité du chocolat : plus c’est long, mieux c’est. 30 secondes est le temps minimum nécessaire pour que disparaissent les goûts volatils « cache-misère » ajoutés dans les produits de qualité médiocre, qui excitent les papilles et les neurones pour que le consommateur avale vite et consomme plus sans analyser ce qu’il mange. Cest un des facteurs qui amène à une “mal bouffe” amorçant donc l’obésité et autres…

Tout ceci incite à manger et à boire plus. C’est vrai pour tous les aliments car les neurones ne sont pas en satiété s’ils n’ont pas eu les bons glucides et lipides dont ils ont besoin. Il faut savoir qu’omégachoco est un précurseur lent de la sérotonine ; il aide donc plus facilement à la capter. De fait, omégachoco® est un produit qui a des effets bénéfiques correspondant aux carences avérées sur la population en général (enfants, seniors, femmes enceintes, etc…) Sa teneur riche en oméga 3 et riche en magnésium est exceptionnelle. C’est un aliment d’une très bonne densité nutritionnelle et de plaisir : sans sodium, riche en fibres, source de fer, riche en manganèse, riche en phosphore, source de potassium, source de zinc, riche en cuivre.

De plus, il contient du calcium, des vitamines A,E, B1, B2, B9, D2, D3, C, et de la théophylline, de la théotromine, est sans pesticide, sans gluten, sans lecithine. Une portion de 25g contribue de manière assez importante aux apports quotidiens en lipides (15% des repères nutritionnels journaliers – RNJ) et en acides gras saturés (AGS) (30% des RNJ), mais son profil d’acides gras unique permet de limiter l’apport en AGS, en comparaison à un chocolat classique. Des personnalités scientifiques, telles que les Professeurs Christian CABROL et Henri JOYEUX, ou sportives telles que Sylvain CHAVANEL , s’intéressent de près aux recherches de Jean-Claude BERTON, créateur de l’omégachoco.

Pour en savoir plus : www.omegachoco.com